Le bon moment pour se lancer dans un projet d’autosuffisance

Depuis que j’ai commencé à accompagner les gens dans leur processus d’autosuffisance, j’entends beaucoup parler du « moment ». Les gens ont des rêves et des échéanciers. Ils attendent pour la plupart le moment.

Je trouvais que la nouvelle année était un moment propice pour vous parler de ceci. L’année 2016, une page blanche qui s’étire devant nous! C’est excitant! De quoi sera-t-elle faite?

« Après les études des enfants »

« Quand le petit dernier entrera à la maternelle »

« Après mon congé de maternité »

« À ma retraite »

… Dans la semaine des 4 jeudis!

Pourquoi attendons-nous? Comme disait la chanson … Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux?

Julie_courchesne_poule

Julie Courchesne

Le moment parfait n’existe tout simplement pas. Avant de plonger tête première dans un projet d’envergure, il est bien sûr bon de s’y préparer dans l’espoir de s’y consacrer entièrement. Mais les raisons pour ne pas se lancer sont légion.

Pensez à ce que vous avez envie de vivre dans votre vie, et pensez ensuite à ce qui vous empêche de mettre ce projet en branle. Dans la majorité des cas, si vous attendez après un changement de situation pour passer à l’action, dites-vous que cette situation sera remplacée par quelque chose d’autre.

Si vous attendez que le petit dernier soit à la maternelle, dites-vous que les autres enfants de la maisonnée auront sûrement besoin de vous pour un certain nombre d’activités de plus en plus prenantes. Si vous attendez la retraite, vous serez peut-être moins en forme que maintenant. Si vous attendez des fonds … Mon dieu, viendront-ils un jour?

Bref, on a beau dire qu’on a toute la vie devant nous, mais il serait très dommage qu’on la passe à attendre.

Lancez-vous! Qu’avez-vous à perdre?

domaine_coquelicot_lieu

La maison du Domaine Coquelicots

Vous n’avez qu’une vie, c’est une grande page blanche, faites-vous un devoir d’y mettre vos couleurs!

Quel serait la pire des choses qui pourrait arriver si vous vous lanciez? J’ai la réponse, le pire qui peut se passer, c’est que ça ne fonctionne pas. Et si ça ne fonctionne pas, tant pis! Ça vous permettra de passer à la couleur suivante dans le merveilleux mandala de votre vie.

Et l’autosuffisance dans tout cela?

Je me rends compte avec les années que ce qui fait peur à bien des gens, et qui les pousse  à choisir un « moment » , c’est l’impact monétaire qu’aura leur nouveau choix de vie. C’est clairement pour cela que je ne parle pas de moment avec eux, mais bien de processus. On ne devient pas autosuffisant du jour au lendemain de un, et de deux, la transition se fera immanquablement en séries de petites étapes.

Le problème « monétaire » est alors résolu. Votre portefeuille ne verra pas vraiment la différence, ou si cela se trouve, il en sera ravi.

Quand on commence à se tourner vers l’autosuffisance, on élimine progressivement l’achat de produits manufacturés au profit de produits faits maison, qui sont souvent beaucoup moins onéreux que ceux achetés en grandes surfaces.

conserve

Les conserves maison, une des nombreuses alternatives de consommation possibles

On commence à petites doses, au jour le jour, et ça devient rapidement un jeu où le but est d’arrêter de passer à la caisse.

Il n’existe donc pas de moment parfait,  le moment c’est ici maintenant et ce, pour n’importe quel projet.

Allez, lancez-vous! Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux?

Crédits photo: Mathilde Cinq-Mars Illustration (entête), Domaine Coquelicots 

Julie Courchesne

Fermière en devenir et propriétaire du Domaine Coquelicots à Drummondville, Julie en a beaucoup à nous apprendre sur l’autosuffisance. Elle peut aussi énormément nous en apprendre sur la place sur mesure que nous pouvons nous créer dans ce monde qui tourne si vite. Entrepreneure jusqu’à la moelle, “la bonne journée pour lancer un projet d’autosuffisance” est venue jusqu’à elle en 2009. Au décès d’un ami cher,  qu’elle n’a pu accompagner comme elle le souhaitait, ayant un horaire de travail trop chargé.  Assise chez elle, elle remet alors tout en question. En quoi un cinéma maison et des vêtements griffés pourraient lui être utiles pour créer un monde meilleur et à son image? Comment créer son propre mode de vie en respectant ses valeurs et faisant une place de choix à l’humain, soit à elle en premier lieu?

Pour Au bout du rang, Julie nous ramènera à l’essentiel. L’essentiel où chacun de nous prend le temps de réfléchir à ce que nous voulons vivre, et comment nous souhaitons changer notre petit monde à notre façon.